À propos

Contact

Forum ARN : https://forum.arn-fai.net/

IRC : https://arn-fai.net/irc

Adresse mail : hackstub [AT] forum [POINT] arn-fai [POINT] net

Adresse postale : C/O Aube, 97 avenue de Colmar, 67100 Strasbourg

Association

Une Hackstub
Fondée en 2011, la Hackstub est un hackerspace strasbourgeois domicilié dans les locaux du Groupe d'Entraide Mutuelle Aube, au 97 Avenue de Colmar à Strasbourg. L'association sensibilise le public local à la culture du Libre et mène un travail d'éducation populaire, à travers des formats de type atelier, projection, radio, débat, etc. Elle a notamment connu deux temps forts dans l’organisation, à Strasbourg, d'Avenirs d'Internet(s) en 2016 et des Rencontres Mondiales du Logiciel Libre en 2018.

Fonctionnement
Adhésion = 5 €/an, réglable sur place pendant les Stammtisch ou autres événements (se renseigner en personne).
Agenda disponible ici.
Les statuts de l'association sont accessibles ici.
Nous acceptons parfois des stages ou missions de service civique selon les motivations et moyens d'accueil disponibles.

Nos définitions
L'informatique, s'utilise, s'apprend, se pense et se développe, en tant que science des systèmes d'information (des lave-linges aux routeurs, en passant par les smartphones, ainsi que les réseaux, physiques et virtuels). Plus encore que les autres sciences et techniques, l'informatique n'est ni "pure" ni neutre mais est, en tant qu'industrie, le produit de rapports de forces complexes : économiques, idéologiques, géopolitiques, sociaux, environnementaux... Et nous concevons le hacking comme sa pratique artisanale, humaine, éveillée, curieuse et critique.

Le Libre, pour le définir simplement, revendique une conception humaniste de la culture, où chacun devrait avoir le droit d'utiliser, d'étudier, de modifier ou de partager une ressource. La lutte pour la préservation des Communs engage généralement la gratuité du produit, à l'inverse des recettes propriétaires, et la diffusion sous licences dites libres, qui permettent d'assurer et de pérenniser, lorsqu'elles sont suffisamment restrictives, la libre circulation d'une ressource.

Le néologisme "Hackstub" pourrait être traduit comme la "pièce chauffée du hacking" en alsacien contemporain. L'association a été créée en 2011, par une bande de nerds (personnes passionnées de sciences et de technologies) de Strasbourg et ses environs. Dans le reste du monde, ce genre d'endroits s'appellerait "hackerspace" ou "hacklab".

Objectifs
L'association Hackstub, à but non-lucratif, a pour objet de contribuer (au moins localement) à l'émancipation techn(olog)ique individuelle et collective, dans l'ensemble des domaines concernés (p.ex. l'art, les médias, l'agriculture, le droit, l'économie...). Autrement dit, s'efforcer d'étudier et débattre, expérimenter, développer et échanger, des idées, du matériel, des savoirs et esthétiques critiques, affranchis des technologies dominantes.
Pour résumer, permettre aux populations de contrôler les machines, plutôt que l'inverse.

Actions
Concrètement, et pour accomplir cet objectif, Hackstub propose notamment :

Publics
Hackstub est aussi un lieu de vie, de rencontre et d'échange, où se côtoient divers publics ; des associations telles qu'Alsace Réseau Neutre (un FAI associatif), des collectifs comme StrasHack (un groupe passionné de sécurité informatique) ou d'autres communautés. Chaque personne peut y venir avec des requêtes techniques, auxquels les membres du hackerspace répondent (ou non, voire charte) tous les vendredis soirs lors de la Stammtisch, un créneau destiné à accueillir des personnes à la recherche d'accompagnement technique (libre). Pensez à un atelier d'autoréparation de vélo

Hackstub est donc ouverte à tous les publics, dans une philosophie proche de l'éducation populaire (féministe décoloniale). Toutes les compétences ou regards sont complémentaires, légitimes et pertinents, à tous niveaux. Nous souhaitons partager tous les sujets, même les plus techniques, avec toutes les personnes/groupes généralement opprimées/réprimées/exploitées au profit du capitalisme. Une charte est en cours de rédaction pour préciser les conditions d'accès et des comportements exclus.

Historique
Depuis sa fondation en 2011, (la) Hackstub s'est déplacé(e) : d'abord dans des appartements et bars du centre-ville (conviviaux mais pas assez stables) ; à l'UFR de math-info de l'Université de Strasbourg (stable mais trop contraignante) ; dans une coloc ad-hoc de la rue de la Broque (libre mais trop confidentielle) ; avant l'ouverture du Shadok, "fabrique du numérique" de la Ville de Strasbourg (accueillante avant le changement de direction en 2019, soudain hostile) ; enfin, aujourd'hui, dans les locaux de l'association Aube, un Groupe d'Entraide Mutuelle (ça tombe bien) destiné aux personnes que l'on peut dire neuro-atypiques (ça tombe encore mieux ^^).

Plusieurs événements ont marqué la vie de Hackstub : en 2015, le cycle de conférences et d'ateliers "Avenir(s) d'internet" a rassemblé près de 200 personnes à la Médiathèque Malraux et au Shadok pour questionner l'évolution des réseaux informatiques, en regard avec la science-fiction ; en 2018, la 2e édition strasbourgeoise des Rencontres Mondiales du Logiciel Libre (RMLL), qui a fédéré plus de 1000 personnes des communautés libristes du monde entier ainsi que de la population locale. Des événements menés en complicité au sein de la fédération informelle alsace.netlib.re, aux côtés des associations Alsace Réseau Neutre (ARN), Seeraiwer, de l'Amicale d'Informatique de l'Université de Strasbourg (AIUS), du collectif sxb.so et du Linux User Group (LUG) de Strasbourg.

Tout au long de l'histoire de l'association, ses membres se sont renouvelés, au gré rose des parcours personnels, des sensibilités et affinités technologiques, politiques ou esthétiques. Avec le temps, c'est aussi la sociologie de l'association qui a évolué, initialement sensiblement homogène, quasi-exclusivement technicienne, masculine et occidentale, vers une plus grande diversité de profils, de parcours et pratiques. Aujourd'hui présidée par Harmonie Vo Viet Anh--Meyer, juriste en droit du numérique, l'association reprend enfin son souffle après l'énorme effort bénévole nécessaire à l'organisation des RMLL 2018.

Perspectives
L'avenir de l'association, fluctuant selon les personnes entre militantisme pro-amateur et professionnalisation en certains endroits, s'appréhende, depuis quelques années déjà, entre : le maintien des activités existantes (rencontres régulières, thématiques ou non) ; le développement et la pérennisation de certaines activités stratégiques (l'éducation populaire, le soutien à la recherche et au développement de technologies alternatives) ; à terme, par la création d'une société coopérative (SCIC/SCOOP) autour des cultures et technologies libres.

Puisque tout travail participera toujours d'une lutte des classes, mieux vaut se positionner clairement. Contribuer tant que l'on peut à la décolonisation des technologies, bâties sur plus de 2 siècles d'exloitation impérialiste. Partager les savoirs et pratiques libres entre les groupes sociaux, dans toute leur diversité.